Etude de la migration automnale des oiseaux et des chauves-souris au col de Jaman.

Pour toute cette durée, des volontaires sont indispensables pour mener à bien les différentes tâches de la station.

Laurent Vallotton Image article 30

CAMP DE BAGUAGE 2024

Le camp de baguage au col de Jaman (Montreux, VD) aura lieu du 29 juillet au 20 octobre 2024.

Pour toute cette durée, des volontaires sont indispensables pour mener à bien les différentes tâches de la station.

CONDITIONS DE PARTICIPATION

Tous les volontaires sont les bienvenus au col de Jaman. Parmi les multiples tâches qui leurs sont dévolues figurent notamment la capture des oiseaux, la prise de notes durant le baguage, l'observation de la migration active sans oublier la participation aux différentes tâches communautaires. Aucune connaissance particulière tant en ornithologie qu'en chiroptérologie n'est exigée, les permanents et bagueurs responsables se chargent d'instruire et d'encadrer les bénévoles. Durée de séjour: selon vos possibilités (néanmoins une durée minimale de 7 jours serait souhaitable).

COMMENT ATTEINDRE LE COL DE JAMAN…

… en voiture : Depuis la sortie d'autoroute de Montreux monter aux Avants via Chernex et Chamby. A la sortie des Avants, suivre Col de Jaman - Restaurant Le Manoïre. Après qques kilomètres vous atteindrez le col de Jaman. Un parking est à disposition devant le restaurant sur le col.

… en train : Prendre le train jusqu'à Montreux, puis de Montreux le MOB jusqu'aux Avants. Monter à pied en suivant le chemin pédestre jusqu'au col de Jaman (compter environ 1 heure, ~ 500 m de dénivellation).

La station de baguage et les filets surplombent le restaurant « Le Manoïre » (monter derrière le restaurant, direction Dent de Jaman).

LE LOGEMENT

L'équipe permanente et les bénévoles sont logés au chalet Jaman du Club alpin suisse situé au milieu du pâturage à gauche quand on arrive au col de Jaman.

ÉQUIPEMENT NÉCESSAIRE

  • sac de couchage
  • lampe de poche (frontale si possible)
  • jumelles
  • de bonnes chaussures de montagne
  • des habits chauds

  • TARIFS

    Une participation financière CHF 27.- est demandée pour couvrir une partie des frais et du logement. Ce montant comprend la nuitée et la pension complète au chalet Jaman du CAS.

    Montant du séjour à verser à:

    «Groupe d'études faunistiques de Jaman»
    Laurent Vallotton
    CCP 15-777021-1
    IBAN: CH08 0900 0000 1577 7021 1
    BIC: POFICHBEXXX
    Mention : « Séjour 2024 »

    INFORMATIONS ET INSCRIPTIONS

    Pour toutes questions ou inscriptions : jaman@oiseau.ch

    Dès le 29 juillet, pouvez nous joindre directement au col de Jaman aux numéros suivants:
    +41 79 323 17 03 (Lionel Maumary)
    +33 6 82 46 72 54 (Élodie Dalban)


    Soutenez les ornithologues du col de Jaman!

    Le baguage des oiseaux - 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 - est effectué par des bénévoles et l'organisation des camps dépend de sponsors.

    Plus de CHF 10'000.- sont nécessaires à la bonne marche d'un camp (location d'un chalet, cabane de travail, filets et matériel, nourriture, etc,) .

    De plus, depuis plusieurs années, le GEFJ a recours à des civilistes pour assurer la permanence automnale sur le col. Suite au changement récent de la loi sur le Service civil, l'engagement de deux civilistes nécessite CHF 3'000.- supplémentaires, ce qui nous met pour la première fois en difficulté financière.

    Vous pouvez aider le «Groupe d'études faunistiques de Jaman» en versant un don

    Faire un don

    Parrainages d'oiseaux

    Recherchez l'oiseau que vous avez parrainé au col de Jaman:
    Recherchez bague

    Merci pour votre intérêt et votre soutien!

    Le Groupe d'études faunistiques de Jaman

    Vue du col depuis le chemin menant à la Dent de Jaman. Les participants au camp d'études sont logés dans un des chalets du col de Jaman.

    Coucher de soleil sur le lac Léman au mois de septembre. Vue depuis la station d'observation du col de Jaman.

    La barrière de filets est installée sur la crête du vallon de Jaman, qu'on voit au premier plan. La cabane de baguage. Au deuxième plan, on distingue le Corbé, premier sommet de la chaîne des Verraux.
    jaman
    Lors des belles journées ensoleillées, de nombreux observateurs guettent le passage des oiseaux, notamment celui des rapaces.

    jaman
    Grosbec casse-noyaux (Dinah Saluz)

    Nous encourageons les personnes qui n'ont jamais observé le phénomène de la migration à venir nous rejoindre (la durée est à convenance), même si elles n'ont que peu de connaissances en la matière.

    Nous nous réjouissons de vous retrouver au col de Jaman !


    Afin de mener à bien cette étude, des collaborateurs sont recherchés pour aider à contrôler les filets (la capture s'effectue de jour comme de nuit), participer aux travaux pendant le baguage et s'occuper d'autres tâches moins spécifiques (préparation des repas, entretien des installations).

    Les personnes astreintes au Service Civil sont également invitées à effectuer une période à Jaman. Les participants sont logés au chalet Jaman du Club alpin suisse.

    Pour le camp de cette année, des collaborateurs sont recherchés pour mener à bien l'ensemble des travaux. Toute personne désirant participer est bienvenue. Ce camp offre l'opportunité d'approfondir ses connaissances sur l'identification et la biologie des oiseaux et des chauves-souris.


    Dès le début du camp, vous pouvez nous contacter directement par téléphone au col de Jaman au +41 79 323 17 03.

    En dehors de ces dates, pour toute demande de renseignements et inscriptions, contacter le secrétariat par téléphone au 079 360 66 68 ou par e-mail: jaman@oiseau.ch

    Vous pouvez aider le "Groupe d'études faunistiques de Jaman" en versant un don au:
    «Groupe d'études faunistiques de Jaman»
    Laurent Vallotton
    CCP 15-777021-1
    IBAN: CH08 0900 0000 1577 7021 1
    BIC: POFICHBEXXX

    Faire un don
    "Groupe d'études faunistiques de Jaman"
    Lionel Maumary, président
    tél: 079 323.17.03

    Plan sur Google Map
    Rejoignez le groupe des amis du col de Jaman sur Facebook

    Vous pouvez consulter les rapports suivants

    Les annexes (totaux de captures, reprises et contrôles) sont disponibles sur demande à l'adresse jaman@oiseau.ch
    Grimpereau des Bois (Dinah Saluz)

    Depuis 40 ans, des observations animalières sont effectuées au col de Jaman, situé dans les Préalpes vaudoises au-dessus de Montreux, à 1512 m. d'altitude.

    Ce site s'est révélé particulièrement intéressant pour l'étude de la migration postnuptiale des oiseaux et des déplacements automnaux des chauves-souris. Sa position géographique, à l'extrémité sud-ouest de la vallée de la Gruyère, explique en bonne partie la concentration des oiseaux observée en automne, puisque l'orientation générale de la migration en Europe centrale correspond à l'axe de la vallée. Les chauves-souris, dont certaines espèces sont migratrices, viennent notamment profiter de l'abondance des insectes dont elles font leurs proies.

    Les nombreuses observations accumulées à cet endroit par un petit nombre de naturalistes (ornithologues et chiroptérologues) ont été l'élément déterminant qui a conduit à l'organisation de camps d'études dès 1991. Une infrastructure importante de capture pour le baguage des oiseaux et des chauves-souris a été mise en place pour récolter des données pendant les mois d'août à octobre, période pendant laquelle les observations sont les plus denses.

    De 1991 à 2023, grâce à l'appui de sponsors et à la participation de nombreux collaborateurs bénévoles, il a été possible d'organiser un camp chaque année (sauf 1992 et 1993), ce qui a permis de baguer plus de 250'000 oiseaux et plus de 4'500 chauves-souris. Au total, 132 espèces d'oiseaux et 20 de chauves-souris ont été capturées au col de Jaman.

    En 1997, une association, le "Groupe d'études faunistiques de Jaman", a été créée dans le but d'assurer l'organisation et le suivi des recherches. Il comprend un comité d'une dizaine de naturalistes d'horizons divers et une centaine de membres et de personnes intéressées.

    Statuts du GEFJ


    Roitelet Huppé (Dinah Saluz)

    Nous encourageons les personnes qui n'ont jamais observé le phénomène de la migration à venir nous rejoindre (la durée est à convenance), même si elles n'ont que peu de connaissances en la matière.

    Nous nous réjouissons de vous retrouver au col de Jaman !


    • Rejoignez le groupe
    • 3213

    Liste des oiseaux bagués en automne au col de Jaman puis repris ailleurs (1967 → 2019)

    Laurent Vallotton Image article 30

    Moteur de recherche

    La probabilité de retrouver un oiseau bagué (vivant ou mort) dépend de nombreux paramètres et varie beaucoup d'un espèce à l'autre. Depuis le début du baguage au col de Jaman, on compte en moyenne seulement 2.2 oiseaux retrouvés pour mille oiseaux bagués. Les oiseaux sont le plus souvent retrouvés à l'étranger (car nous sommes près de la France et les oiseaux volent vite) et morts (collision contre une vitre ou une voiture, tué par un chat, tué à la chasse, etc.). Plus rarement, les oiseaux bagués sont capturés par d'autres ornithologues, qui relèvent alors le numéro de la bague et relâchent l'oiseau.

    Pour les espèces chassées, le taux de "reprise" est beaucoup plus élevé que la moyenne: 5 pour mille pour l'Alouette des champs, 2.7 pour-cent (!) pour la Caille des blés et même 20 pour-cent (!) pour la Bécasse des bois.

    L'espèce la plus baguée à Jaman est le Pinson des arbres mais c'est l'une des espèces avec le taux de reprise le plus faible (1 pour mille). Ceci s'explique entre autres par le fait que le Pinson des arbres est une espèce forestière, de petite taille et non chassée. La découverte d'un cadavre de Pinson des arbres est donc extrêmement rare.

    Il est rarissime aussi que nous capturions deux fois le même oiseau migrateur au col de Jaman, à une ou plusieurs années d'écart. Il y a deux raisons principales à cela: 1) la mortalité des jeunes oiseaux (qui font l'essentiel des captures à Jaman) est très grande lors du 1er hiver et 2) même s'il survit à l'hiver, la probabilité est très faible que, lors des automnes suivant le baguage, un oiseau repasse exactement au col de Jaman et se reprenne à nouveau dans un des filets (la plupart des oiseaux passent par dessus).

    Et ce n'est rien de trouver un oiseau bagué, encore faut-il ensuite l'annoncer à la Station ornithologique suisse!
    Chaque reprise est donc un petit miracle et peut-être que votre oiseau fait partie de l'un d'eux.

    Utilisez le moteur de recherche ci-dessus pour retrouver votre oiseau!
    Bonne chance!